Un été blanc et noir : ⭐️⭐️⭐️⭐️

Fin des années 1960. Lois discriminatoires, townships, relégation dans les bantoustans, torture et assassinats… la liste est longue des violences que subissent les Noirs et les métis d’Afrique du Sud sous le règne de l’apartheid. Dans l’autre monde, celui des Blancs, le professeur Barnard va bientôt réaliser la première greffe du cœur. C’est dans ce pays, où se mêlent la liberté des « swinging sixties » et l’horreur de la ségrégation, que Marianne, jeune Parisienne professeur de lettres, débarque pour enseigner à l’université du Cap. Elle y rencontre Denise, une avocate blanche engagée dans la lutte contre les lois raciales, et Victor, Afrikaner charmeur, désinvolte et richissime qu’elle va aimer passionnément. Elle sera également impliquée dans un projet fou : faire évader Mandela des geôles de Robben Island. Amour et suspense… une histoire choc, inspiré de faits réels et peu connus, en hommage à Nelson Mandela.

 

url

 

L'AVIS D'ALICE :

Marianne, Parisienne et professeure de lettres se rend au Cap en Afrique du Sud pendant l'apartheid, pour enseigner le français à l'UCT. Elle fait connaissance de Denise avocate engagée contre l'injustice raciale et Victor, chirurgien dont elle tombera amoureuse. Après la découverte de la façon de vivre en Afrique du Sud et la violence des Afrikaners, Marianne va être entraînée dans l'élaboration de l'évasion de Nelson Mandela.

Je ressors de cette lecture indignée, par le comportement d'êtres humains qui se sentent supérieurs par leurs origines, leurs couleurs de peaux... Certaines scènes bien que peu détaillées m'ont révoltée. Ce roman mêlant réalité et fiction est très bien développé, une petite touche de romance est apportée et donne au récit des moments de légèreté.

Les personnages sont forts et engagés, même si la trahison est inéluctable.

Frédéric Couderc nous décrit de façon assez spectaculaire les magnifiques paysages Africains du Cap.

J'ai aussi beaucoup apprécié les parties sur la première greffe du cœur du docteur Barnard.

L'évasion de Nelson Mandela, nous montre un homme courageux, plus qu'engagé qui voudrait un monde de paix interraciale, un homme d'une grande tendresse et d'une bonté incroyable.

En conclusion, ce roman m'a retournée, et devrait être lu au moins une fois dans sa vie. L'auteur réussit à nous plonger dans ce monde où l'apartheid, l'esclavage mais surtout la bêtise humaine règnent, et nous donne l'envie de nous engager pour la cause de nos héros.

L'AUTEUR :

Né en 1965, Frédéric Couderc a obtenu le Prix révélation de la Forêt des Livres pour son premier roman Prince Ebène. Auteur en 2006 de La dernière danse d'Isadora, il a co-rédigé en 2005 Savoir Goûter le vinavec Enrico Bernardo, meilleur sommelier du monde. En vingt années de journalisme il a collaboré à Géo, Elle, Courrier International, Femme Actuelle, Régal, Canal Plus et M6.